Les Valette

Odette_AndreValette est le nom de famille de ma maman. Son papa se nommait André Valette. Je me rappelle bien de lui, dans son habit de travail bleu délavé. Il sentait la cigarette quand il nous faisait la bise et il avait une voix un peu rauque. On lui rendait visite very mon anniversaire, car le sien était quelques jours plus tard, le 30 novembre. Il nous recevait entre deux portes, car sa femme, Solange, ne nous aimait pas beaucoup. Il tenait à ouvrir une bouteille de Champagne et elle n’avait qu’à patienter, la Solange (sic!). Elle préparait son sac et ses affaires et faisait semblant d’avoir un rendez-vous où ils devaient se rendre tous les deux. Papi s’en fichait un peu, et on buvait un verre de Champ en essayant de tomber d’accord sur l’âge que cela ne faisait. Pour lui, si mon dixième anniversaire était passé hier ou avant-hier, j’avais onze ans. Mais je tenais à mes dix ans que je venais tout juste de toucher du doigt!

La famille Valette a son berceau dans le vignoble bordelais, près de La Réole. C’est du moins là qu’ils ont habité pendant le dernier siècle. Tout en restant en Gironde, les Valette ratissent large vers les communes de: Saint-Denis de Pile, Guitres ou encore Saint-Martin du Bois et ils remontent à Lussac avec les grands-parents paternel de mon grand-père.

S’alliant par le grand-père paternel de mon grand-père à la famille Jouhanneau,  nous dépassons les limites du département pour aller en Dordogne, et plus précisément à Lamothe-Montravel, ou encore dans la Creuse, à Villefort.

Surprise, voici une branche de Thomas qui apparait dans cette liste, et ils sont originiares de Guitres, donc… Affaire à suivre! Il y a une page consacrée à Jean Valette, le grand-père de ma maman.

***********************

Screenshot 2019-09-14 at 13.22.52
La signature d’Aimé sur l’acte de naissance de son premier fils

Aimé Valette
Mon arrière-arrière grand-père (AAGP) maternel (à savoir l’arrière grand-père de ma maman), est né en 1841 à Guitres. Il est né Jean Valette, mais se prénomme Aimé sur certains actes (certainement avant le décès de son papa, Jean). En 1864, il habite avec sa fiancée, Geneviève Joineau (ou Jouhanneau) au bourg de Lussac. Je pense que cela devait être assez exceptionnel à l’époque. Ils devaient se marier, et ont même fait le contrat de mariage chez Maitre Vacher à Guitres le 14.09.1866 mais ils ne se sont mariés qu’en mars 1870, reconnaissant du même coup leurs deux enfants naturels nés hors mariage à Lussac, Jean1 (1866) et Jeanne (1868). Ils ont ensuite une autre fille à Lussac, Marie en 1870, née tout juste 12 jours après leur mariage, et puis ils déménagent à Guitres avant la naissance de Marie-Pétronille en 1873, ils auront ensuite 3 autres fils, dont Jean2 (Aimé, notre aïeul) et Pierre et Louis, qui meurent jeunes. Ils avaient eu un premier bébé, Aimé, né en décembre 1964, mais décédé à 17 mois en juin 1866. Donc, Aimé et Geneviève ont vécu en concubinage pendant au moins 6 ans avant d’officialiser leur union.

En 1890, au mariage de son fils Jean1 à Bordeaux, et en 1898, au mariage de Jean2 à Camiran, il est noté qu’il est serrurier, ce qui est un métier dérivé de celui de forgeron. Jean et Geneviève ne se déplaceront pas pour les mariages de leurs fils, mais ils sont présents au mariage de Marie Pétronille à Bordeaux en 1899, et Jean Aimé assistera au deuxième mariage de Jean2 à Camiran en 1904.

Je n’ai pas trouvé trace de leurs deux autres filles, Jeanne et Marie, mis à part leur acte de naissance. Je suppose qu’elles sont mortes jeunes, mais je n’ai pas trouvé. À suivre, donc…

Voici la chronologie d’Aimé

1841: naissance à Guitres, le 10 novembre. Il est du signe du scorpion. Il a déjà 3 grand frères, François, Jean1 et Jean2 et une soeur, Françoise.
1843: naissance de son frère, Jean3, il a 2 ans
1863: son père meurt le 20 mai, il a 22 ans
1864: Aimé habite au bourg de Lussac où il est forgeron. Son premier fils, Aimé, nait à Lussac, Aimé a 23 ans
1866:
– en juin, son bébé meurt
– en septembre, ils établissent un contrat de mariage à Guitres
– en décembre, son deuxième fils, Jean1, nait à Lussac, Aimé a 25 ans
1868:
– sa mère meurt le 23 juin, il a 27 ans
– sa première fille, Jeanne, nait en à Lussac le 8 août
1870:
– il se marie avec Geneviève le 1er mars, il a 29 ans
– sa deuxième fille, Marie, nait à Lussac en mars, 12 jours après le mariage
– ils déménagent à Guitres
1873: sa troisième fille, Marie Pétronille, nait à Guitres
1875: mon AGP, Jean2, nait à Guitres le 22 septembre
1877: son quatrième fils, Pierre, nait à Guitres
1878: son cinquième fils, Louis, nait à Guitres en décembre, puis il meurt 14 jours plus tard. Aimé a 37 ans
1879: Pierre meurt en avril, il avait tout juste 2 ans
1890: son fils ainé, Jean1, se marie avec une bordelaise, à Bordeaux
1895: son fils ainé, Jean1, meurt prématurément à Bordeaux, à 29 ans. Aimé a 54 ans
1896
: recensement, Jean et Geneviève habitent avec Jean2 (serrurier), leur voisins sont Marie (soeur de Geneviève) et son fils Emile (voir document en annexe ci-dessous)
1898: son deuxième fils, Jean2, mon AGP, se marie à Camiran
1899:
– sa première petite fille, Jeanne, nait à Camiran (fille de Jean), grand-père à 58 ans!
– sa fille, Marie Pétronille, se marie avec un bordelais, à Bordeaux
1903: sa belle fille (Louise Richard) meurt prématurément à 30 ans
1904: son fils Jean2, mon AGP, se remarie avec Françoise Ader à Camiran
1907: son premier petit-fils, Pierre Victor nait à Bordeaux (fils de M-Petronille)
1908: Marie Pétronille meurt prématuremment à Guitres, elle avait 35 ans.
1909:
son deuxième petit-fils, André, nait à Camiran (fils de mon AGP). Aimé a 68 ans
1912: sa femme, Geneviève, meurt à Guitres, il a 71 ans
1917: Aimé, Jean, s’éteint à 75 ans

Il a habité toute sa vie à Guitres, sauf une dizaine d’années passées à Lussac. Il a été forgeron et serrurier et a transmis son métier à ses deux fils encore vivants. Jean1 deviendra ensuite monteur (un autre métier dérivé) aux Chemins de fer d’Orléans, et Jean2 (mon AGP) continuera sur cette lancée et sera le forgeron de Camiran après son mariage en 1898.

Aimé a été orphelin à 27 ans. Il a vécu en concubinage avec sa future femme pendant au moins 6 ans. Il a eu son premier enfant à 23 ans et le dernier à 37 ans. Aimé a eu 8 enfants, 5 garçons et 3 filles. 3 de ses fils sont morts jeunes. Il semblerait que tous ses enfants sauf mon AGP soient morts avant lui et sa femme. Il a eu 3 petits enfants, dont un (mon GP) a continué la lignée des Valette.

Annexes

Recensement de 1896 à Guitres, rue La Fronsacaise

Guitres_1896_Rue Fronsacaise.png

En 1901

Guitres_1901.png

Patronymes_Valette.png